Amendes : « La dissuasion existe aussi bien pour les grandes plateformes numériques que pour les acteurs traditionnels », avertit l’Autorité de la concurrence

L’Autorité de la concurrence a infligé plus d’1,7 milliard d’euros d’amende, selon son dernier rapport.

« La dissuasion existe aussi bien pour les grandes plateformes numériques que pour les acteurs traditionnels », a déclaré jeudi 8 juillet sur franceinfo, Isabelle De Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence. Celle-ci a infligé plus d’1,7 milliard d’euros d’amende, selon son dernier rapport publié le même jour. Il s’agit du plus haut niveau de sanction de son histoire. Et le mauvais élève est Apple : l’entreprise se voit infliger à elle seule 1,1 milliard d’euros d’amende. « Le message, c’est que tous les acteurs doivent respecter le droit de la concurrence, l’équité concurrentielle entre les acteurs, notamment éviter ce qui constitue des ententes », a indiqué Isabelle De Silva.

franceinfo : Il n’y a jamais eu autant de sanctions. Cela veut-il dire que vous n’avez jamais aussi bien travaillé, ou qu’il y a des secteurs où l’on fait de plus en plus fi des règles les plus élémentaires ?

Isabelle De Silva : Je crois que ce chiffre exceptionnel est la résultante de beaucoup d’efforts de l’Autorité pour traiter l’ensemble des dossiers les plus importants, notamment ceux des grandes plateformes numériques. La sanction très importante concernant Apple, c’est aussi la marque du poids qu’un acteur comme Apple occupe dans l’économie française. D’une certaine façon, on voit par les sanctions un effet de la prise de pouvoir des plateformes dans l’économie. Nous avons vraiment œuvré pour continuer à mettre en œuvre nos missions, d’une façon diligente, y compris dans des secteurs où les agissements peuvent avoir des effets très nocifs et à longue durée, comme le secteur du médicament.