EchosMedias.ci
FLASH
Lundi 23 septembre

Côte d'Ivoire/Assassinat de la secrétaire de la paroisse Sainte Cécile: Le Père Augustin Obrou raconte

Société, 14.08.2019 16:32, vu 318 fois
Père Augustin Obrou, chargé de communication de l'Eglise Catholique en Côte d'Ivoire
Père Augustin Obrou, chargé de communication de l'Eglise Catholique en Côte d'Ivoire
Dame Faustine Brou N’Guessan, 60 ans, mère d’un enfant, secrétaire à la paroisse Sainte Cécile de Cocody Vallon a trouvé la mort atrocement dans la matinée du samedi 10 août 2019. Son corps presque sans vie a été découvert dans son bureau tailladé à la machette par un inconnu, alors que l’église grouillait de monde. Parce qu’il avait deux mariages à cette heure-là. Le Père Augustin Obrou, chargé de la communication de l’archevêché d’Abidjan est revenu sur ce drame qui secoue l’église Catholique en Côte d’Ivoire. Il a animé une conférence de presse à cet effet à la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan. « Ce samedi 10 août 2019, tout allait bien sur la paroisse. Les deux secrétaires étaient à leur poste. Le Curé quant à lui était en congé. Il était un peu plus de 10 heures. C’est cette heure-là qu’une personne non encore identifiée s’est introduite dans le bureau de dame Faustine Brou N’Guessan. Quelque peu avant 11 heures, des passants découvrent du sang sous la porte du bureau de celle-ci. L’alerte donnée, l’on découvre les minutes qui suivent, le corps presque sans vie de la secrétaire avec une large ouverture au crane, les doigts sectionnés, les poignets en lambeau et une ouverture béante à une des jambes », explique le Père Augustin Obrou. Indiquant que sur le champ, la secrétaire qui agonisait a été transportée d’urgence par le Vicaire, le Père Eric Botto avec de plusieurs fidèles dans une clinique de la place. Malheureusement, ajoute l’homme de Dieu, la victime rend l’âme. Indiquant que chose curieuse, l’agresseur qui est reparti comme venu a plutôt préféré la carte nationale d’identité et le téléphone de sa victime en lieu et place de l’argent et des bijoux qui étaient sur le bureau de sa victime ainsi que dans les tiroirs. « C’est un crime crapuleux. L’Eglise catholique ne veut accuser personne. Mais, nous constatons que depuis un moment, l’église est victime d’agressions. Nous laissons la police agir. Ce que nous savons, c’est que l’agresseur a agit en professionnel. Personne ne l’a vu », a ajouté le Père Augustin Obrou. Non sans faire savoir qu’un appel à témoin a été lancé à tous les fidèles qui étaient là ce jour de se remémorer pour donner d’éventuelles informations sur s’ils se souviennent de geste d’un suspect ce jour-là.


Source : Franck Konan

Lire aussi dans Société

Côte d'Ivoire/ Avortement clandestin: Plus de 65,09% sont des élèves
Côte d'Ivoire (Yamoussoukro): Le concours du meilleur boulanger lancé
Violences xénophobes en Afrique du Sud: Le père Abekan condamne et en appelle au respect des minorités
Faits divers Un homme se donne la mort en se fusillant (AIP)
Côte d'Ivoire/ Lutte contre les maladies infectieuses emergenetes: Les États-Unis renforcent la détection
Vaccin anti-VIH : Le point sur la recherche
Dérives sur les réseux sociaux en Côte d'Ivoire: Le procureur annonce des sanctions
Côte d'Ivoire/ L'Eglise Orthodoxes désavoue Pacôme Marie Achija.
Funérailles d’Arafat en Côte d’Ivoire Le prêtre a-t-il trahi l’Église?
Côte d'Ivoire/ DJ Arafat inhumé, sa tombe profoné avant d'être mis en terre définitivement

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 75,357